Titre: Pour en finir avec le mensonge du Père Noël
Sous-titre: Le Père Noël est un personnage imaginaire comme les fées, et non une vraie personne. Nul besoin de mentir aux enfants, et c'est même contre-indiqué, pour plusieurs raisons.
Date: 2017-03-19T11:25:00
p-e-pour-en-finir-avec-le-mensonge-du-pere-noel-3.jpg

S’agit-il encore d’un énième réquisitoire contre le Père Noël ?

Non, pas du tout.

Nous n’avons rien contre le Père Noël, ce vieux bonhomme empâté et un peu empoté, héritier de Nicolas de Myre et définitivement relooké par Coca-Cola™ après la seconde guerre mondiale[1]. Peu importe son origine, ce n’est pas le débat.

Il nous importe peu que le Père Noël soit une tradition, religieuse ou pas, une coutume, du folklore, une croyance. Ce n’est toujours pas le sujet.

Que certain⋅e⋅s décident de raconter des histoires de Père Noël aux enfants, cela ne nous pose aucun problème. Nous leurs racontons bien des histoire de dragons, de fées, de magicien⋅ne⋅s, de trolls, de vaisseaux spatiaux, de novlangue, alors que tous sont irréels[2]. Il n’y a rien de mal à ça. Ça stimule l’imaginaire, des enfants comme des adultes.

Ce que nous trouvons vraiment déplacé, c’est de vouloir à tout prix faire croire aux enfants que le Père Noël existe.

C’est à dire qu’il s’agirait d’une vraie personne, que l'on peut appeler au téléphone, qui habite quelque part sur Terre[3], se fait aider par des lutins de chair et d'os, et se déplace avec traineau qu'on peut suivre sur Google Maps le 24 décembre au soir, comme un avion sur Flight Radar.

p-e-pour-en-finir-avec-le-mensonge-du-pere-noel-3.jpg
Il est notoirement reconnu que le Père Noël n'existe pas,
mais en voici une preuve indéniable ;-)

Le mensonge de l'existence du Père Noël

L'existence du Père Noël semble être un mensonge organisé à l’échelle mondiale, ou tout au moins à l'échelle de la société occidentale.

Beaucoup d’acteurs[4] de tous milieux sociaux s’emploient à le perpétuer :

  • nous voyons des pères Noël dans les rues, dans les centres commerciaux…

  • La poste a un service dédié au courrier du Père Noël.

  • Il y a des numéros de téléphone surtaxés (figure ci-dessous),

  • des sites de création de vidéos personnalisées[5],

  • et très probablement d'autres ressources que nous ne connaissons pas, attestant de l'existence à priori du Père Noël.

p-e-pour-en-finir-avec-le-mensonge-du-pere-noel-3.png
Appelle un vrai serveur vocal de faux Père Noël pour 892,74€ la minute. Au jour de la capture d'écran, 6300 personnes aiment ça.

Passons aussi rapidement sur la dimension patriarcale du personnage[6] et la dimension presque uniquement sexy de la Mère Noël[7], ce n’est toujours pas le sujet.

La question de l'école, et la question éducative

Notons les questions que les adultes posent fréquemment aux enfants, ainsi que certaines injonctions :

  • « qu’est-ce que tu as commandé au Père Noël ? »

  • « j’espère que tu as été bien sage cette année ! »

Ces questions arrivent en famille, mais aussi à l’école.

Pourtant l'école est [censée être ?] laïque par excellence.

Si le Père Noël est présent à l'école, cela fait de lui une représentation républicaine, non ?

La question rhétorique de la pertinence de sa présence à l'école est posée.

Celles aussi des risques de discrimination des enfants pour précarité sociale[8], et des risques de ré-assignation forcée[9], suivent de près, tant que les questions sur les cadeaux perdurent.

Les questions « dois-faire croire mon enfant au Père Noël ? », ou « quand/comment avez-vous dit à vos enfants que le Père Noël n'existait pas ? » reviennent régulièrement, parfois avec des variantes, dans les groupes de parentalité auxquels nous sommes inscrits sur Facebook, et aussi dans nombre de discussions AFK[10].

Certaines personnes s’évertuent donc à présenter le Père Noël comme réel. Ils défendent cette thèse avec les pseudo-arguments présentés ci-après.

Ces personnes jugent mauvais ou immoral de ne pas faire croire à son existence aux enfants. Les discussions AFK changent vite de sujet, mais sur Facebook ça peut aller très loin en termes d'insultes.

Nous notons donc que d’une certaine manière, pour certaines personnes, l’existence du Père Noël pourrait tenir de l’existence des dieux dans les religions : la levée de bouclier que suscite le fait même de poser des questions ou de remettre en cause son existence est telle, que l'existence du Père Noël ressemble fort à dogme.

Les personnes qui défendent le point du vue du mensonge piquent d'énormes colères, crient au scandale, quelque fois nous insultent, et même rarement nous traitent de féminazis ou autres joyeusetés.

Nous nous sommes demandés pourquoi.

Pourquoi tant de haine ? Non[11].

Pourquoi certaines personnes veulent-elles tant faire croire à l'existence du Père Noël ? Pourquoi en ont-elles besoin à ce point, du vieux bonhomme ?

Une part de son existence semble aussi faire partie d’un business bien rodé, celui de la marchandisation de Noël[12]. Nous verrons que cette marchandisation sert pour partie de preuve de l'existence du Père Noël. Mais cette marchandisation ne sera pas débattue non plus.

Arguments en faveur l’existence du Père Noël

Nous rassemblons ici les arguments que l’on nous a répétés sur Facebook ou dans nos cercles relationnels. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à contribuer à cette section.

« Bah, c’est qu’un petit mensonge, c’est rien ! »

Avec ses variantes, ses dérivés et ses extensions :

  • « non, mais c'est pas si grave de faire croire qu'il existe ! »

  • « Ha la la, vous vous prenez vraiment le choux pour rien ! »

  • « c'est pénible, vous voyez vraiment le mal partout ! »

  • « non mais faut arrêter avec les complots du capitalisme !! Le Père Noël c'est un truc gentil ! »

  • « Il y a des trucs bien plus graves que de faire croire au Père Noël ! »

On notera sur le plan liminaire que vu l’effort, le temps, l’énergie et l’argent déployés mondialement et au niveau local (familial) pour faire croire à l’existence du Père Noël (cacher les cadeaux, louer un costume, faire venir un précaire sous-payé par l'association du quartier), la petite taille du mensonge pose question.

Nous nous demandons, dans ce contexte : « qu’est-ce qu’un gros mensonge, si un mensonge à l’échelle planétaire est petit ? »

Côté argumentaire sur le fond :

  • la taille des mensonges pourrait être un critère de légitimation suffisant ?

  • C’est à dire que certains mensonges seraient acceptables [s’ils sont petits] ?

  • Les mensonges seraient donc susceptibles d’être classés sur un critère de taille, ou disons, d’importance ?

  • Qui, dans l’affirmative, détermine la « taille » ou l’importance des mensonges ?

  • Comment l’importance d’un mensonge est-elle mesurée ? Y-a-t-il un consensus sociologique sur les critères de mesure ?

Pour nous, le simple fait de poser ces questions suffit à y répondre.

Un mensonge est un mensonge.

Quelle que soit sa taille, ou son importance, le dévoilement du mensonge a des risques d'avoir des conséquences néfastes sur la qualité de la relation avec l'enfant, et la confiance qu'ielle porte à ses parents[13].

« Tout le monde y croit »

Le paralogisme de l’argument « ad populum », dans toute sa splendeur. Effectivement, si tout le monde le fait… Ça devient une norme sociale ? Il faudrait s'y conformer.

Nous sommes pourtant bon nombre à ne pas croire à l'existence du Père Noël. Donc non, cet argument ne tient pas, car il n'en est pas un.

L’excitation et l’attente

Pour certains, l'existence du Père Noël serait une justification nécessaire à l'excitation et l'attente de son passage. Comme c'est une vraie personne, il passe à une certaine heure, pas partout en même temps, avec des contraintes, etc.

Ceci justifierait d'ouvrir les cadeaux à une certaine heure, ou le lendemain matin, ou après être revenus de la messe de minuit…

D'une part, ces justifications peuvent tenir face à un petit enfant qui ne comprend pas ce qu'on lui explique. Dès que l'enfant va mettre en pratique son besoin de cohérence, il va s'apercevoir que d'un point de vue logistique mondial, tout ceci ne peut pas fonctionner. L'on va donc lui dévoiler le pot-aux-roses, et s'en est fini de l'existence du Père Noël.

D'autre part, quelle considération avons-nous de nos enfants pour les croire assez stupides pour croire tout cela ? Accepterions-nous que l'on nous raconte des sornettes d'une telle ampleur ?

Nous rentrons dans le débat « les enfants sont-ielles de vraies personnes ? », qui fera l'objet d'un prochain article, et d'une connexion bi-directionnelle avec l'éducation bienveillante.

La magie de Noël ?

Cet argument est l’un des premiers à arriver. Il faut maintenir la « magie de Noël », et l'existence du Père Noël semble être indispensable à celle-ci.

Première question qui nous vient immédiatement à l’esprit :

  • quelle magie ? pouvez-vous décrire ce qu’est la magie de Noël ? À quoi l’expression « magie de Noël » fait-elle référence d’observable ?

  • Faut il vraiment que le Père Noël existe comme une vrai personne pour ça?

Si c'est la magie de la débauche de lumières et décorations en tout genre[14], nous ne voyons pas le rapport avec le Père Noël.

p-e-pour-en-finir-avec-le-mensonge-du-pere-noel-2.jpg
Même avec des LED, la décoration 2016 des Galeries Lafayette n'est pas neutre en consommation électrique. Et au fait, que deviennent les décorations une fois Noël passé ? Quel est le pourcentage de réutilisation ? Dans tous les magasins de France ? Du Monde ? Qui fabrique tout cela ? Dans quelles conditions ?

Viennent ensuite des questions sur le fond :

  • l'apparition de la vie sur Terre n'est-elle pas magique ?

  • l'amour, n'est-il pas magique ?

  • les capacités cognitives, sociales, créatives, de l'être humain, ne sont-elles pas magiques ?

  • les enfants qui grandissent et nous en apprennent tous les jours ne sont-ils pas magiques ?

  • en quoi l'existence du Père Noël contribue-t-elle à cette prétendue magie de Noël ?

  • En quoi l'existence du Père Noël serait-elle plus magique que l'existence de chacun d'entre nous ?

  • en quoi acheter des cadeaux en plastique fabriqués par des enfants en chine est magique ?

  • En quoi l'abatage massif et l'achat de millions sapins[15] de Noël est-t-il magique ? En quoi l'achat de sapins artificiels, fabriqués dans les mêmes pays et conditions que les jouets, à partir de matériaux polluants, est-il magique ?

  • en quoi acheter des téléphones mobiles ou des tablettes dont les cobalt des batteries au Lithium est extrait par des Congolais vivant un enfer[16] est magique ?

  • en quoi la surconsommation de papier cadeau jetable glacé aux produits pétrochimiques encombrant nos poubelles et nécessitant au mieux encore de l'énergie pour leur recyclage[17] (quand c'est possible) est magique ?

  • la magie ne pourrait-elle pas être tout simplement de se retrouver, tous ensemble, pour partager un bon moment ?

Présumer de l’expérience de l’enfant

Certains adultes partent du principe qu’ils ont adoré croire à l'existence du Père Noël, pour en déduire que leur⋅s enfant⋅s va⋅vont nécessairement adorer l’expérience aussi.

D’autres disent : « je n'ai pas été traumatisé⋅e », « parce que je savais que c’était pour faire plaisir. »

Faire plaisir à qui ? « À mes parents. »

C’est donc pour faire plaisir aux adultes.

Donc ce n’est pas pour les enfants : arretons de nous cacher derrière les enfants pour justifier ce mensonge. Et tout autre mensonge, d'ailleurs.

Dans les dérives possibles, il y a l’injonction « quoi, tu n’as pas aimé ? Mais voyons, TOUT LE MONDE aime le père noel ! », avec laquelle on retombe dans une variante du « tout le monde croit au Père Noël », le ad populum déjà abordé.

Minimisation des conséquences

« J’ai été déçue, pas traumatisée. » Assertion d’un adulte, sur ce qu’il a « réellement » ressenti quand il était enfant, ou version lissée et positivée de ce qu’il a vraiment ressenti à l’époque, qui n’était pas entendable? difficile à dire... Et que vaut la parole des autres adultes qui rapportent l’avoir mal ou parfois très mal vécu?

Dans les discussions, revient souvent le fait que l’adulte, encore à son âge, profite de la « magie de noel » pour redevenir insouciant, retomber en enfance. Ça lui permet de recharger les batteries et de s’extraire du monde adulte et de toutes ses obligations. Toutes ces "obligations", est ce qu'on les subit? dans quelle mesure on les choisit? ou pas...

Actuellement la réalité est difficile, il faut donc réintroduire une part de féérie, de paillettes, pour pouvoir supporter la violence du monde. Ou pas...

Pourquoi ne pas simplement travailler à changer le monde, s’il est si pourri?

Une fois le Père Noël vivant, qu'est-ce qu'on en fait ?

Wikipédia présente le Père Noël en écrivant que « [celui-ci] ne se réduit pas à la fonction “pédagogique” qui dominerait son usage actuel. » Cela en dit long sur la récupération du personnage à des fins prétendument éducatives.

Nous avons constaté une corrélation entre le fait de faire croire à l'existence du Père Noël, et celui de l'utiliser comme outil de coercition et d’obéissance.

p-e-pour-en-finir-avec-le-mensonge-du-pere-noel-1.png
Sois bien sage toute l'année, obéis à tes parents, et travaille bien à l'école !

Papy : « si tu n’es pas sage, le pere noel ne t’apportera pas de cadeaux ».

Bien sûr, la plupart du temps, c'est juste du chantage[18] ; les cadeaux arriveront quand même. L'enfant remarque juste, d'un point de vue éducatif, que ses parents sont incohérents.

Ce qui est pratique, c’est que même quand ce n’est pas formulé explicitement par les parents, la société se charge de le faire tout de même : à l’école, entre les enfants, dans les dessins animés, les histoires, les questions des autres adultes...

Cet outil de coercition existe depuis longtemps avec le Père Fouettard[19], mais l'appel à celui-ci semble moins répandu et en perte de vitesse.

L'avantage apporté par la sphère marchande, c'est que tout est réuni pour que l'enfant croie vraiment que le Père Noël existe.

L'existence de celui-ci permet d'appuyer les chantages en leur donnant une emprise réelle dans la vie de l'enfant.

De notre point de vue, le mensonge sur l'existence du Père Noël est un des piliers indirects favorisant le maintien des pratiques dites de Violence Éducative Ordinaire[20].

Quelques contre-arguments, en faveur de l'empalement… du cantonnement du Père Noël à l'imaginaire

La pression sociale et familiale

Beaucoup de parents témoignent d’une pression sociale et familiale plus ou moins insistante pour faire croire aux enfants que le Père Noël existe.

Ces pressions sont appuyées par tout ou partie des arguments cités en thèse.

Ces pressions doivent être dénoncées. C'est une forme d'oppression sociale, une volonté de faire conformer les individu⋅e⋅s à quelque chose qu'ielles n'ont pas la possibilité de choisir de leur plein gré.

Rien que pour cet argument, au nom de la liberté de choix, de la diversité et de la pluralité des schémas valides, nous pouvons choisir de renoncer à faire croire que le père noël n'existe pas.

La liste de cadeaux occidentale contre la magie de Noël

La magie de Noël, comme nous l'avons vu plus haut, est loin d'être un fait avéré. Plusieurs contre-arguments viennent s'y opposer :

  • le délire de sur-consommation : des cadeaux par dizaines, souvent en plastique, jetables et leurs ribambelles d'emballages et sur-emballages, carton ou plastique. Les papier cadeaux brillants, bolducs colorés, qui servirons quelques secondes avant d’être brulés. Car ces papiers brillants sont non recyclables pour la plupart[papier].

  • liste de volontés, quelquefois taxées de caprices [21], comme si ces choix de cadeaux n’avaient aucune conséquence. Grâce a la fabuleuse histoire du Père Noël, on évite du même coup d’évoquer les joyeux lutins chinois[22], parfois même mineurs[23], qui fabriquent les cadeaux dans des conditions que personne n'accepterait en France[24], mais qui sont validées politiquement par ces mêmes personnes qui acceptent d'acheter ces produits[25].

Une simple déception, vraiment ?

Certains ont été marqués jusqu’à l’adolescence, et même jusqu'à l'age adulte. Des témoignages qui reviennent souvent sur la "trahison" de ses propres parents, et de tous les adultes qui se sont "ligués" dans le maintien à tout prix de ce mensonge. Pour les enfants, qui y ont réellement et sincèrement cru, la découverte de "la vérité" est parfois très amère, et amène parfois de nombreuses remises en questions.

La magie de Noël

Ce n’est pas le fait que le Père Noel soit vivant, ou qu'il soit une vrai personne, qui fait la magie, c’est l’ambiance, les gens, les décorations, le repas, les histoires, les cadeaux, l’impatience…

C’est tout cela qui crée la magie de Noël, il n’y a pas besoin que le Père Noël existe en temps que vrai personne, qui agit dans notre monde, pour que la magie de Noël soit présente.

Les autres magies, toute l’année

À la magie de Noël, nous opposons celles des elfes, des sorcièr-e-s, des dragons.

S’il faut opposer quelque chose de plus concret, alors nous opposons la magie de la vie.

Allez-y, expliquez la vie. Expliquez-nous en quoi elle n’est pas magique. En quoi elle est si banale.

Comment la vie s’est-elle créée ? Comment avons-nous autour de nous une telle diversité de plantes, d’arbres, d’insectes, d’animaux ? Le fait qu’à travers tout le règne animal, les émotions sont universelles à toutes les espèces, à toutes les cultures à l’intérieur des espèces, n’est-t-il pas magique ? Le fait que les plantes, solidement enracinées dans la terre, se transmettent des messages hormonaux via les airs mais aussi via leurs réseau racinaire, ne tient-il pas de la magie ?

Certes, la science, les sciences, expliquent tout cela. Elles décrivent ces phénomènes, ces états.

Mais les milliers d’années d’évolution pour en arriver à la complexité du cerveau humain, et le fait que celui-ci soit programmé pour la bienveillance, l’entraide, l’empathie et la compassion, n’est-ce pas ça, la magie ?

Et celle-ci, elle est bien réelle. Elle ne se cantonne pas à une période dans l'année, et est illimitée pour qui est curieux et apprends à s'en émerveiller.

L’excitation et l’attente

Est-ce d'attendre de voir, le Père Noël, ou qu'il soit passé? ou est ce l'attente et la préparation et enfin le partage d'un moment de fête avec toute la famille?

L'attente d’ouvrir les cadeaux offerts avec générosité[26] par toutes les personnes, présentes ou non, qui nous aiment? Q'est ce qu'un vieux bonhomme vient faire là dedans? N'est ce pas un peu étrange, cet étranger qui offre des cadeaux au monde entier?

Si c'est le Père Noël qui offre les cadeaux, on prive nos enfants de remercier les personnes qui nous offrent ces cadeaux, et pas un vieillard blanc barbu grassouillet qu’on ne voit jamais, ou remercier des acteurs dans les rues et les galeries marchandes.

La confusion entre la personne et le personnage

Le Père Noël est un personnage. On peut dire qu’il existe, mais dans les histoires uniquement.

Dans la vie, il y a les personnes. Ceux qui jouent les Père Noël dans les centres commerciaux sont des personnes en situation précaire pour la plupart, qui reçoivent de l’argent pour porter le costume du personnage du Père Noël. Si cette réalité n'est pas très agréable effectivement à raconter à un enfant, c'est peut être qu'elle est dérangeante tout court, et qu'il faut alors trouver le moyen de changer cela.

Nous ne disons pas que le Père Noël doit disparaître.

Nous disons qu’il doit rester ce qu’il est : une simple histoire. Une belle histoire peut-être, mais une histoire.

Contre la présomption de l’expérience de l’enfant

Croire que son enfant va aimer, parce que nous avons aimé, c’est un peu comme dire « j’ai été élevé avec des fessées, et je vais très bien. » Super. Et est ce qu'on ne peut pas faire mieux pour notre enfant?

Souvent, c'est aussi difficile à entendre pour ses propres parents (les grands parents de l'enfant) qui peuvent se sentir jugés, car on ne "suit" pas l'éducation qu'eux nous ont donnée, et qu'ils pensaient pourtant bonne. Ils ont surement fait de leur mieux, mais nous aussi pouvons faire mieux, en prenant en compte par exemple les avancées et découvertes en neurosciences, en pédagogie, et en prenant en compte les évolutions de la société.

Lui inventer une "belle" histoire, pour son bien, en pensant que ça lui fera plaisir, c’est penser à la place de l’enfant.

C’est lui dire comment il doit vivre cet événement.

C’est une injonction de ce qu’il doit penser.

C’est un déni de sa personne, et de sa capacité ou de ses possibilités de vivre l’événement différemment, selon son propre ressenti, personnel, et distinct de celui des adultes.

Contre la coercicion et l’obéissance

Ce système éducatif a vécu, il doit être arrêté, il ne favorise pas le développement du cerveau de l'enfant, ni les qualités sociales.

Il favorise et montre comme exemple le chantage, la coercition, les humiliations, l'injustice, l'arbitraire, l'impuissance de l'enfant, et lui apprend l'obéissance.

Heureusement, il existe des alternatives, comme l'éducation bienveillante, dans laquelle l'enfant trouve un cadre positif pour son développement, et la mise en place de qualités sociales comme l'empathie, le respect de l'autre, l'écoute et la coopération.

Si vous avez vraiment besoin de contrôle au point de devoir faire un chantage au Père Noël, voici quelques idées pour remplacer ces injonctions.

Pour un modèle éducatif bienveillant et congruent

Aucun mensonge n’est bon à dire

Faire croire que le Père Noël existe, c’est appuyer la thèse que certains mensonges sont bons.

Croire que le mensonge du Père Noël est justifiable, c’est appuyer la thèse qu’il y a des choses qui méritent d’être cachées.

On est sur la route, des années plus tard, où l’on pourrait dire sans sourciller aux membres de la famille : « c’est mieux que papy ne sache pas qu’il a un cancer, ça va lui miner le moral. » ou encore « c’est mieux que mamie croie que je ne sais pas qu’elle va mourir, elle serait trop triste. », ou encore « il ne faut pas dire aux enfants que leur grand-oncle va bientôt mourir, ils seront désemparés. »

C’est sûr, autant qu’ils n’aient pas le temps de s’y préparer. Autant que ça survienne brusquement, et brutalement.

C’est croire que l’adulte sait à la place de l’enfant ce qui est bon pour lui.

C’est enlever à l’enfant son statut de personne autonome.

C’est lui montrer l'exemple que toute sa vie, il ne doit pas s'écouter, mais doit écouter les autres. Et aussi que lui doit avoir le même contrôle sur les autres, et leur dicter ou leur imposer ce qu'il pense bon pour eux.

Synthèse

Quoi ? Vous ne l'avez pas encore tué, le père noël ? Après tout ce que nous avons écrit, nous ne voyons vraiment pas ce qu'il vous faut de plus.

Mais si vous avez une remarque, une idée, un nouvel argument, nous nous ferons une joie de l'intégrer !

Et si vous ne savez pas par où commencer l'éducation bienveillante, à tout âge, avec un ou plusieurs enfants, contactez-nous pour prendre part à un atelier !

[1] Lire en ligne la Fiche Wikipédia du Père Noël, consultée le 11 Mai 2017.coule

[2] Excepté pour la novlangue, qui elle, est bien réelle dans notre monde moderne ;-)

C'est la langue de langue de bois de nos dirigeants. Nous proposons à ce sujet des ateliers de déconstruction de cette langue de bois, mais ce n'est toujours pas le sujet.

[3] Voir en ligne les adresses du Père Noël, consulté le 9 Mai 2017.

Plusieurs adresses pour une seule personne ? Le Père Noël serait donc en plus un privilégié, autorisé à avoir plusieurs résidences principales ? Mmm… Rien n'est moins sûr.

[4] Au sens d'acteur social, selon la notion sociologique développée par Pierre Bourdieu.

Lire en ligne L’acteur. Une notion en question dans les sciences sociales par Jean Pierre Gaudin, sur la Revue Européenne des sciences sociales, consulté le 11 mai 2017.

[5] Sites de génération de vidéos où les parents envoient des informations et des photos de leurs enfants, sans signer la moindre licence de diffusion / réutilisation.

Qui édite ces sites ? Où vont les photos une fois la vidéo générée ? Sont-elles stockées sur les serveurs du prestataire du service ? Sinon, qu'est-ce qui nous garantit qu'elles sont bien effacées ?

[6] C’est encore un homme, blanc, âgé, passant visiblement ses repas dans des restaurants gastronomiques. Est-ce un complot organisé par nos sénateurs, nos banquiers et nos actionnaires ? Rien n'est moins sûr.

La question d'un énième personnage masculin se pose cependant, dans une société dominée par le patriarcat, au delà de cette vision d’horreur grasseletto-barbue incitant à la boulimie glucidique et à la rente débridée (travaille dur une journée, profite tout le reste de l'année).

[7] Il y a tant à dire aussi, mais ce n'est malheureusement pas le sujet du présent article.Voyez les notes de bas de page pour plus de détails.

Une recherche sur le moteur Lilo au 11 Mai 2017 renvoie une première page de 9 résultats, 7 d'entre eux contenant une ou plusieurs expression⋅s parmis déguisements coquins, lingerie, nue, déguisements adultes, sexy, associée⋅s à l'expression Mère Noël. Plutôt équivoque.

[8] En fonction des cadeaux, très facile de déterminer la classe sociale des parents.

[9] Par exemple, un agent qui emettrait un jugement sur la qualité des cadeaux en tant que cadeau « pour une fille » ou « pour un garçon ».

[10] AFK pour « Away From Keyboard » (pas devant le clavier).

Il nous a été prétexté à maintes reprises que « Facebook c'est pas la vraie vie [, donc on peut se lâcher à toutes les incivilités.] »

L'expression « IRL » (In Real Life, la vraie vie) montrant sans arrêt ses limites : sur les réseaux sociaux, nous sommes en relation réelle avec les autres, c'est la vraie vie. Démonstration avec Jérémy Gabriel: menaces virtuelles aux conséquences réelles, Insultes virtuelles : Licenciement réel !, Violences virtuelles pour conséquences trop réelles, Cyber-harcèlement : comment redonner confiance à son ado et Le cyberharcèlement – un harcèlement virtuel aux conséquences bien réelles. Tous ces sites ont été consultés le 11 Mai 2017.

[11] Cette question sera adressée dans une sorte d'essai que nous sommes en train d'écrire, et fera l'objet de plusieurs autres articles.

[12] Lire en ligne Si Noël m'était conté : La Marchandisation, consulté le 9 Mai 2017.

Une synthèse sourcée : Le père noël est une ordure* (sic) sur La Fabrique Crêpue, consulté le 9 Mai 2017.

Et quelques statistiques vertigineuses sur l'achat de jouets et de peluches, la consommation de dindes, d'escargots, de foie gras, de chocolat, de saumon, de caviar, de champagne, d'huîtres…

[13] Lire Pour une enfance heureuse, de Catherine Guéguen.

Alice Miller en parle aussi dans son livre C'est pour ton bien.

En ligne, vous trouverez L’origine du mensonge dans la terreur familiale de Marc-André Cotton, paru dans la revue Regard conscient n°15 (avril 2004).

Extrait : Le père terrorise l’enfant parce qu’il ne veut pas reconnaître en lui l’existence d’une sensibilité consciente. Il le rend responsable de son vécu refoulé parce qu’il se refuse à remettre en cause les agissements de ses propres parents. Il projette les conséquences de leurs égarements sur les comportements de son enfant, dont il fait le support de ses interprétations mensongères. Dans une réaction de survie, l’enfant se colle alors à son bourreau pour refouler la terreur de voir ses parents réprimer l’expression de sa conscience. Il se construit ainsi une illusion de sécurité sur un sentiment permanent d’insécurité.

[14] Voir en ligne Vitrines de Noël 2016 aux Galeries Lafayette, consulté le 9 Mai 2017.

[15] 5,5 millions de sapins naturels sont vendus chaque année en France. Voir en ligne Les ventes de sapins de Noël.

Extrait : Selon l’Association Française du Sapin de Noël Naturel (AFSNN qui regroupe 93 producteurs) , les sapins commercialisés sur le marché français en décembre ne sont pas coupés dans les forêts mais qu’ils sont un vrai produit de culture et sont issus d’une production agricole raisonnée et contrôlée. Cultivé en France sur une superficie estimée à plus de 5000 hectares, le sapin de Noël naturel est un produit agricole résultant d’un savoir-faire professionnel.

Sachant que ces sapins ne sont pas FSC, comment sont-ils cultivés ? Engrais, pesticides, ou pas ? Combien ? Quel coût environnemental, même s'ils ne sont pas issus directement de la déforestation ?

Tout ça pour une durée de vie extra-courte : Le taux de sapins achetés en pot continue à diminuer (7,2% en 2011). […] Les achats se font toujours le plus fréquemment entre le 15 et le 20 décembre

Extrait : Les sapins artificiels, certes très pratiques, sont fabriqués à partir de matériaux dont la production et la transformation sont très polluants : PVC, plastique ou encore aluminium. Sans compter qu'ils sont souvent fabriqués à l’autre bout du monde (Asie) dans des conditions sociales inconnues par une main d'œuvre bon marché…

Lisez en ligne un article détaillé sur les impacts et les enjeux des sapins artificiels.

[16] Voir le dossier Le cobalt, le Congo & les coûts socio-écologiques de la High-Tech (par le Washington Post) sur Le Partage.

[17] Voir Le papier cadeau : et si on s’en passait la prochaine fois ? sur Consoglobe.
Extraits : […] Les emballages représentent […] 50 % en volume et 30 % en poids des 27 millions de tonnes d’ordures ménagères produites chaque année par les Français. […] Les surfaces plastifiées, laminées, brillantes, et certains accessoires, type rubans, sont hélas tout juste bons pour la poubelle des déchets ménagers..

Voir aussi la Fiche Wikipédia sur le papier qui fait état des techniques de recyclage et des problèmes de responsabilité sociale et environnementale liée au papier.
Extrait : Une tonne de papier récupéré ne permet de produire que 900 kg de papier recyclé ; soit une perte d'environ 10 % à chaque recyclage.

[18] Nous mesurons le décalage très dérangeant de cette phrase.

Le chantage n'est pas mieux que le mensonge, n'importe lequel de nos enfants vous le dira ;-)

[19] Voir la La fiche WIkipédia du Père Fouettard.
Extrait : Le père Fouettard (Père La Pouque en Normandie, Hans Trapp en Alsace, Rubelz et Ruppknecht en Lorraine germanophone, Hanscrouf à Liège, Hans Muff dans la région germanophone de Belgique, Houseker au Luxembourg) est un personnage du folklore de la Saint-Nicolas.
C'est un personnage sinistre, qui accompagne Saint-Nicolas lors de sa sortie, le 6 décembre ou la veille au soir. Alors que saint Nicolas distribue des cadeaux aux enfants sages, le père Fouettard dispense des coups de martinet aux vilains garnements.

[20] Catherine Guéguen traite de la V.E.O notamment dans son livre Pour une enfance heureuse. L'on y apprend notamment que les humiliations, la peur ou la terreur inspirées par les chantages, les cris des parents, provoquent dans le cerveau de l'enfant exactement les mêmes conséquences que s'il était battu.

Autrement dit, du point de vue cérébral, il n'y a aucune différence entre de la violence physique et de la violence psychologique. Dans la première, le corps et le cerveau sont bléssés, dans la seconde, le cerveau est blessé de manière identique.

[21] Petite digression : vous saviez que les caprices n'existent pas ? Lire à ce sujet les caprices n'existent pas sur Papa Positive, et Les caprices n’existent pas, les besoins et les désirs oui ! sur Positive Maman. Certaines informations sont redondantes entre les deux articles, mais nous avons respecté la parité ;-).

[22] Lire en ligne les joyeux lutins chinois sur Mr Mondialisation, consulté en avril 2017.

[23] Lire en ligne Chine : l’enfer d’où viennent les jouets de Noël sur TerraEco, consulté le 9 Mai 2017.

[24] Lire en ligne Barbie, accusée de violation du droit du travail en Chine sur Le Figaro, consulté le 9 Mai 2017.

[25] Nous en revenons à l'affirmation que tout est politique. Chacun de nos choix est éminemment politique, même — et surtout — ceux qui nous semblent naturels ou inconscients, ceux pour lesquels nous prétendons ne pas avoir besoin de réfléchir.

Lisez en ligne un sujet de dissertation à ce propos pour une première approche, et parcourez Tout est politique pour divers thèmes sur le sujet du politique.

[26] Lire en ligne Quelle attitude adopter lorsqu’on reçoit un cadeau de merde à Noel et que votre bienfaiteur vous demande, ému, si ça vous fait plaisir ? sur Le sociologue au cas où la générosité se mue en perversion involontaire dans votre entourage. Consulté le 9 Mai 2017.